mercredi , 28 novembre 2018
Accueil » Saison 2019 dans les starting blocks pour le club de l’ecsel

Saison 2019 dans les starting blocks pour le club de l’ecsel

Ce weekend a eu lieu le premier rassemblement de l’équipe DN1 version 2019. L’occasion de se fixer des objectifs communs pour que cette nouvelle saison soit aussi réussie que la précédente. Moment aussi important pour le collectif puisqu’elle est un moment de retrouvaille et de découverte des recrues qui viendront renforcer un groupe qui se connait déjà (très) bien.

 

Un effectif jeune et ambitieux

Avec un seul coureur de plus de 23 ans, l’équipe DN1 continue un pari qui lui a sourit depuis deux ans : miser sur la jeunesse. Après le passage de Clément RUSSO chez les professionnels à 22 ans et le podium de Jaakko HANNINEN au championnat du monde espoir (à 21 ans), l’équipe continue de suivre son credo : offrir l’opportunité à des jeunes coureurs de progresser grâce à la structure DN1 pour côtoyer le haut niveau et tendre vers le professionnalisme. Autre fait notable, la stabilité de l’effectif : 80% des coureurs présents en 2018 le seront toujours en 2019. La brillante saison réussie par un collectif qui a toujours travaillé ensemble pour rapporter les victoires a été un élément moteur pour donner envie à chacun de poursuivre cette belle aventure collective.

 

La formation toujours au centre des attention

Frédéric FISCHER, Luc DURY, Ugo CLARETON et maintenant Thibaut GAGNAIRE… Ces noms ne vous sont pas inconnus si vous êtes un fervent suiveur de l’ECSEL. Pourquoi ? Pas seulement pour leur parcours sportif brillant mais surtout parce qu’ils sont issus de la formation de l’ECSEL depuis les rangs minimes (et avant pour certains !). Des années de formation pour intégrer au bout du processus, le cyclisme de haut niveau. Le modèle de fonctionnement de l’ECSEL, mélant formation de jeunes coureurs jusqu’à la catégorie DN1 nécessite de la persévérance et de l’implication à long terme. Mais quoi de plus agréable pour les éducateurs (souvent bénévoles) de voir leurs anciens “matrus” être aujourd’hui les piliers de l’équipe DN1. Car à l’ECSEL, l’accompagnement de chacun est une priorité.

 

La mairie de Saint-Etienne venue à la rencontre de ses coureurs cyclistes

S’il fallait une nouvelle preuve que Saint-Etienne ne vit pas que pour le football, la Mairie de la ville de Saint-Etienne en a apporté une : le premier adjoint, Monsieur Gilles ARTIGUES est venu saluer l’équipe DN1 réunie pour ce premier rassemblement. L’occasion de rappeler à la jeune équipe l’importance du cycle pour la ville de Saint-Etienne et de souligner à quel point la mairie est fière d’avoir d’une équipe cycliste de haut niveau la représentant jusque sur les podiums du championnat du monde. Et la fierté est réciproque.

 

Un parfum de belgique en 2018

Si l’équipe était déjà “européenne” l’an dernier avec un représentant Finlandais ainsi qu’un Estonien, cette année, il y a aura une petit odeur de Belgique. Maxime DE POORTER a choisi Saint-Etienne pour la suite de sa carrière, après 4 saisons passées dans les rangs de l’équipe réserve de la Quick Step, meilleur équipe du monde en 2018, excusez du peu. Il a été recruté pour ses qualités de vitesse et sa capacité à jouer des coudes, une qualité unanimement reconnu chez les coureurs belge. Du côtés des autres “nouveaux”, Andréa BIONDI est déjà bien connu dans la région pour avoir effectué toutes ses classes chez les jeunes dans l’Isère. Le Franc-Comtois Jacques LEBRETON vient d’un peu plus loin mais connaît déjà bien les monts du Forez, puisqu’il a été déjà multivictorieux dans les rangs junior sur le Tour du Pays d’Olliergues et second du Tour de la Vallée de la Trambouze.

 

Un absence excusé pour championnat d’Europe, Sandy DUJARDIN

Jaakko HANNINEN

 rentré au pays après une saison loin de chez lui, il y avait un autre absent. Le cyclocrossman Sandy DUJARDIN avait une belle excuse : il devait représenter la France à l’occasion du championnat d’Europe espoirs de cyclo-cross qui s’est disputé ce dimanche à Rosmalen (Pays-Bas). Sandy termine 19e à 2’32 du vainqueur, le britannique Tom Pidcock qui s’est imposé devant le champion sortant, le belge Eli Iserbyt et le français Antoine Benoist. Un podium tricolore qui ne peut faire oublier à Sandy sa course : « Ca n’a pas été terrible pour moi. Je pars en 3e ligne et je parviens à remonter vers la 10e place pratiquement toute la course, mais sur la fin je tombe dans le sable et je perds pas mal de places pour finir 19e. Franchement je suis forcément déçu de ma course. Mais bon, il y a des jours comme ça « .

 

On retrouvera Sandy en Espoirs et E Ponchon en Cadets dimanche prochain au départ de la 2e manche de coupe de France de cyclo-cross à Pierric.

Galerie photos du rassemblement ICI

Espoir Cycliste Saint-Etienne Loire  http://ecsel-cyclisme.fr/